Ressources documentaires Cas d'entreprises

Outiller les salariés pour les rendre acteurs des transformations de leurs propres situations de travail

Il est des situations où la configuration d’un espace de travail donné ne renvoie à aucun archétype connu. Alors, il faut coller au plus près du terrain, analyser finement l’activité des opérateurs pour concevoir avec le concours de leur expérience les améliorations ergonomiques non seulement des outils mais également des process. Sans oublier les contraintes de rythme et d’intensité du travail en fonction du secteur (ici, le maraîchage), de la taille de l’entreprise, de la pression du marché, etc. Dans le cas présent, pour améliorer l'efficience et les conditions de travail et surtout permettre une meilleure insertion sociale et professionnelle de jeunes et adultes en difficulté, l’ergonomie a été couplée à la réorganisation des flux de production.

Fiche signalétique

Effectif : 6 - Activité : Insertion sociale et professionnelle par l’activité économique - Région : Champagne-Ardenne
Mise à jour : 02-FEB-15 - Réf : 1205

image archive

Présentation

Cette association s’occupe de l’insertion sociale et professionnelle par l’activité économique des personnes en difficulté. Cela passe par l’assurance d’une production maraîchère pour satisfaire un réseau d’adhérents ; une activité à travers laquelle sont prises en charge des personnes en grandes difficultés. La structure s’acquitte de ses missions avec une équipe d’encadrants et au moyen de deux ateliers: les espaces verts et le maraîchage. Elle fait partie d’un réseau national spécialisé dans la production et la distribution de paniers de légumes.

Demande de l'entreprise

Concernant plus précisément l’activité de maraîchage, il s’agit d’alimenter des adhérents-consommateurs de paniers composés de légumes « biologiques » de saison. La charge de travail ne fluctue pas forcément en volume, mais change de nature avec des activités de travail et des produits qui varient au gré des saisons. La structure a souhaité une intervention de l’Aract dans l’optique de repenser ses activités de préparation des paniers. L’objectif visé étant de « faire mieux en peinant moins ».

Démarche

Lors de l’analyse de la demande, il a été convenu d’élargir la compréhension du problème sur l’ensemble des activités du maraîchage avec une focale toute particulière sur la préparation et le conditionnement des paniers.

Au cours de sa première visite, l’intervenant a pointé certaines activités pour leur coût anormalement élevé sur différents niveaux, ainsi que des problématiques de gestion des flux et d’éclairage. Compte-tenu des fluctuations de l’effectif, de la saisonnalité et des variations des produits et des activités associées, il était établi que le résultat du pré-diagnostic ne serait que parcellaire. Il était donc important de sensibiliser et d’outiller les acteurs internes pour leur permettre de prolonger la réflexion et réaliser les transformations effectives des situations de travail.
Le chargé de mission a organisé l’intervention en trois séquences sur site pour combiner échanges, observations, mesures et recueil et traitement de données. Dans un premier temps il a s’agit d’un lundi et d’un mardi, ceci a permis d’élaborer les prémices d’hypothèses de travail, de réaliser les premières mesures.

Dans un deuxième temps il a s’agit d’un mercredi, d’un jeudi et d’un vendredi. Ce temps a permis d’affiner les hypothèses de travail, réaliser des observations sur les activités dont celles concernant la réalisation des paniers qui n’a lieu que le mercredi et le jeudi. A l’issue de cette séquence, une première restitution sur les constats a été organisée en interne avec quelques salariés, les délégués, la direction et les encadrants.

Le troisième temps a été organisé un lundi et un mardi. Il s’agissait de refaire quelques observations sur une situation test et réaliser une restitution finale avec les acteurs internes et institutionnels.
Un des premiers constats partagés a porté sur la réalisation des paniers. L’organisation de cette activité consistait à étaler sur des tables plusieurs rangs de paniers, aller chercher, peser le produit, conditionner et remplir les contenants un à un. Cette situation peut-être adaptée à un moment donné avait atteint ses limites au passage des 200 paniers. Il en résultait des postures nocives, des oublis, des imperfections et des erreurs, une pénibilité sans réelle valeur ajoutée pour le produit, le service.
Le deuxième constat : une absence d’organisation des flux, des croisements de matières et des stocks distants qui généraient des manutentions multiples avec des franchissements d’obstacles à risques. En outre, des mesures d’éclairage ont démontré que l’on était bien en dessous de recommandations sur la plupart des postes. Ceci n’était pas sans conséquences sur la pénibilité et les critères qualitatifs. Il y avait aussi les consignes qui imposaient de travailler debout y compris pour des activités pour lesquelles ce n’étaient pas indispensable. Le poste semis était un bon reflet des constats évoqués.

Bilan

Le chargé de mission a proposé un petit bricolage pour l’activité semis. Une des chaises avec réglage à vis faisant partie d’un ensemble hérité d’une école a été transformée en siège assis–debout. Un bénéficiaire s’est affairé à : démonter l’assise et le dossier, souder une rallonge en tube sur la vis et fixer une selle de vélo. Le poste de pressage des mottes a été installé au plus proche de ses sources d’approvisionnement en eau, en terreau et en contenants (les cagettes). Une zone a été déterminée pour la dépose dédiée des mottes en cagette. Sur le bureau situé à côté, dédié à la mise des graines, un plan incliné avec des moyens rudimentaires a été créé. Le chariot des produits réalisés a été placé à l’extrémité du bureau dans le sens du départ. Après quelques temps de fonctionnement, les résultats très positifs ont permis de démontrer aux acteurs l’intérêt de travailler l’ergonomie des postes et l’amélioration des flux. Ces enseignements ont été intégrés sur les réflexions globales.

Auteur

Jean-Pierre JOLIFF

Publié le 02-FEB-15 | picto imprimante Imprimer
 

Publications

10 questions sur les maladies chroniques évolutives et les cancers au travail

Cancer, diabète, sida, polyarthrite rhumatoïde évolutive grave… les maladies chroniques évolutives (MCE) constituent ...

Innover dans les méthodes d’intervention

Que ce soit avec des clients, des fournisseurs ou des collaborateurs, chaque projet est avant tout une affaire de ...

10 questions sur... le télétravail

Le télétravail est une mesure de plus en plus plébiscitée par les salariés et les entreprises. Source ...

La revue du Réseau

Qualité de vie au travail dans les établissements de santé, l’enjeu de la qualité des soins

Avec deux millions de professionnels opérant dans 3 000 établissements, le secteur de la santé est à la croisée d’enjeux économiques, sociaux et sociétaux majeurs. Il est aussi un ...


Agenda

 

A découvrir

ActDoc, plus de 30.000 reférences bibliographiques

Retrouvez en ligne toute l'actualité éditoriale des conditions de travail

  image de la promo